Le parc de la Crémetterie en réfection

A l’origine cet emplacement libre s’appelait la place de la Branchoire, dans un environnement de 208 logements en baraquements de bois installés en 1948/1949 pour reloger des nantais sinistrés par les bombardements.

L’ensemble des terrains autour avait été cédé à Nantes en 1951, donc après coup, dans ce but.

En 1950, puis mai 1951, les décisions sont prises pour occuper cet emplacement libre par 24 baraques supplémentaires destinées au relogement des occupants d’immeubles nantais menaçant ruine.

Peu de temps après, de 1953 à 1964, tous ces baraquements ont été remplacés par les pavillons des différentes tranches de la Crémetterie et les habitants présents se sont en partie installés dans les lieux environnants.

En octobre 1957 le Conseil Municipal déclare d’utilité publique la création d’un marché qui se tiendrait chaque mercredi place de la Branchoire.

Mais en mars 1965 cette place est devenue un bourbier, tant en raison d’une saison particulièrement pluvieuse, que du passage régulier des autobus de la C.N.T.C. qui y a établi le terminus de la ligne Crémetterie-Doulon.

En juillet 1965 le ville de Nantes restitue, en cession gratuite, cet emplacement à Saint Herblain.

Tout autour le remplissage a été complet : lotissements, immeubles HLM, écoles, centre social, etc…

Actuellement le parc est bien utilisé, le marché est toujours présent le mercredi, des vide greniers remplissent l’emplacement régulièrement, le jardin d’enfant est un lieu apprécié des parents et des gardes d’enfants.

La réfection du parc et de la place fait l’objet d’un cofinancement de la Métropole avec Saint-Herblain. 

Cette réfection, annoncée depuis des années, était très attendue au vu de la vétusté des lieux; elle avait été repoussée pour des questions de financement et du lieu d’implantation des jeux, en particulier du terrain de basket, dont le bruit dérangeait les riverains les plus proches.

Une réunion de présentation du projet a eu lieu le 5 février 2018.

 

A l’intérieur du parc 40 arbres sont supprimés et 30 nouveaux prendront leur place, des haies disparaissent, les cheminements nouveaux sont en ciment et les secondaires en sable/ciment. 

Un point important est l’arrivée d’un éclairage moderne bien réparti et les réseaux sont refaits.

L’aire de jeux a été totalement refaite et intègre, désormais en commun, des jeux pour les petits et d’autres pour les 8/12 ans, le tout sur un sol agrandi à 500 m2 recouvert de copeaux de bois!

Un point important pour la suite est apparu ce jour là : la réduction de la largeur de la rue de la Branchoire, passant de 9 à 6 mètres.

Cette orientation va dans le sens des décisions métropolitaines privilégiant les transports en commun au détriment des voitures, lesquelles seront d’autant plus freinées au droit de la place.

L’amélioration du carrefour des Gaudries et la création d’un parking supplémentaire sont prévus mais la négociation traine avec les commerçants et les propriétaires des terrains autour des achats fonciers nécessaires.

Le marché conservera son emprise actuelle, le sol recevra des marquages.

A trois jours de la Toussaint 2018 les travaux de voirie et bitume sont attendus et les usagers et riverains aimeraient bien reconquérir tout cet espace, perturbé depuis mai, la circulation est difficile, les commerçants se plaignent d’une désertion des clients.

Enfin le mardi 13 novembre voici les travaux de voirie relancés, en commençant par le rétrécissement de la voirie. On peut supposer que la réfection du bitume va suivre.

Des bordures sont installées sur les parkings de la rue Blandine afin d’empêcher les voitures d’empiéter sur les pelouses.

Le mercredi 28 cela y est : le marché peut exister sur un bitume refait à neuf.

Un riverain 

Daniel Porcheret

Aller à la barre d’outils