Boulevard Charles Gauthier : le projet

 

LE PROJET GLOBAL D’AMÉNAGEMENT DU BOULEVARD DE LA BAULE :

 

Le 5 février 2007, le groupe municipal de réflexion Patrimoine et Développement Urbain écrit : une réflexion datée de 2000 concernant la restructuration du Boulevard de la Baule, des Châtaigniers à la Porte d’Armor , ayant aboutie à une étude engagée par la DDE, aujourd’hui terminée avec l’implantation du Zénith et la réalisation de la ZAC d’Armor, cet aménagement devient nécessaire.

La discussion porte aussi sur la nécessité de la réalisation d’une passerelle entre le Zénith et Atlantis, laquelle sera réalisée, mais utilisée ponctuellement.

L’aménagement actuel du boulevard de la Baule crée une fracture dans le paysage urbain provoquant de nombreux dysfonctionnements (franchissement difficile des piétons, vitesse élevée, liaisons inter-quartiers compliquée).

Le projet urbain consistera à faire cohabiter l’habitat, un pôle santé et des services à la personne, des activités tertiaires, tout en améliorant le cadre de vie général avec un transport en commun en site propre (le C3 qui sera prolongé jusqu’à la zone d’activité d’Armor), des cheminements piétons-vélos plus confortables, des liaisons nord-sud entre les quartiers herblinois et un boulevard paysagé.

 

Le calendrier du projet publié en novembre 2013 dans la lettre d’infos n° 1 conjointe de Nantes Métropole et Saint-Herblain était le suivant :

  • 2009 à 2010 : Études de programmation

  • Déc. 2010 à juillet 2012 : Études préalables à la création de la ZAC et à la révision simplifiée du PLU

  • Juin 2010 à juillet 2012 : Concertation préalable à la création de la ZAC et      à la révision simplifiée du PLU

  • Septembre-octobre 2012 : Enquête publique sur la révision simplifiée du PLU

  • Janvier 2013 : Approbation de la révision simplifiée du PLU

  • Janvier 2013 : Approbation de la création de la ZAC

  • Janvier 2013 : Désignation de l’aménageur par le conseil communautaire

  • Septembre 2013 : Lancement des études pré-opérationnelles

  • Fin 2013-début 2014 : Approbation du dossier de réalisation de la ZAC (programme des équipements publics)

  • 2014 :  Lancement des premières consultations promoteurs

  • A partir de 2015 : Premiers travaux

 

LA ZAC BOULEVARD DE LA BAULE :

La Zone d’Aménagement Concerté du Boulevard de la Baule c’est :

  • 22 hectares

  • 1500 mètres de long

  • 112 000 mètres carrés de surface totale de plancher constructible dont 54 000 M2 de logements (soit 700 logements), 30 000 m2 affectés aux activités tertiaires et 25 000 m2 pour le pôle santé, 3 000 m2 de services à la personne.

  • La ZAC s’étend du rond-point Abel Durand jusqu’à l’approche de la porte d’Armor.

  • L’habitat sera surtout implanté du côté de Preux.

  • Le tertiaire sera de part et d’autre de la partie haute construite.

  • Le village santé, englobant la polyclinique et son extension, la maison de retraite des Bigourettes, viendra longer le boulevard côté droit.

  • La circulation des véhicules sera différente selon les tronçons, eux mêmes découpés par six rond-points (3 de plus que maintenant) et réduite à 2 fois une voie dans la partie basse.

  • L’échelonnement de ces implantations n’est pas connu à ce jour.

  • La porte d’Armor n’entre pas dans le projet, des études sont en cours mais le financement de cette modification d’importance n’est pas programmé.

 

QUI GÈRE LE PROJET ? :

Nantes Métropole est le maître d’ouvrage

La ville de Saint-Herblain apporte 9 hectares de terrain, mène la concertation avec les services de Nantes Métropole et gère la communication du projet.

L’aménageur choisi est la société publique Loire Océan Métropole Aménagement (LOMA) qui pilotera les études opérationnelles du projet, réalisera les équipements publics et commercialisera les îlots.

La maîtrise d’œuvre retenue en 2013 regroupe AUP (urbaniste), 3 rue de Carcouët à Nantes, Yves Bureau Paysage, 251 route de Vannes à Saint-Herblain et Artélia Infrastructure, 8 avenue des Thébaudières à Saint-Herblain.

C’est l’architecte-urbaniste Luc Davy qui interviendra pour l’agence AUP.

 

LA DENSIFICATION :

La densification inéluctable des habitations à proximité a débuté il y a quelques temps par l’implantation de la ZAC des Tilleuls et ses 350 logements (principalement collectifs), en lieu et place des espaces de l’école de la Crémetterie (déplacée en bordure du tramway) et de ceux des implantations commerciales ayant remplacées ce que fut le premier centre Leclerc du boulevard du Tertre.

Cette densification a été décidée sur l’agglomération dans une tendance nationale, elle est liée au développement des transports en commun dans le but de les substituer progressivement aux véhicules individuels, tout en permettant à de nouveaux habitants de réintégrer les agglomérations, soit plus près de leur travail.

La densification dans le secteur n’est pas sans créer des difficultés dues aux travaux et à l’arrivée d’un nombre conséquent de nouveaux habitants sur une zone préalablement plutôt pavillonnaire et dont la tranquillité est appréciable.

Depuis le début 2014 un ensemble important de constructions diverses est en préparation le long du Boulevard Allende, juste avant le groupe sportif du Vigneau; depuis le printemps les terrassements et l’implantation des réseaux sont en cours.

Le site de la Mairie annonce la construction de 300 logements collectifs et de 33 logements individuels, d’un établissement intergénérationnel (?) avec toutefois aussi des parkings semi-enterrés pour 388 places.

Cela va changer la donne en terme de densité et de circulation sur cet axe qui sature déjà par moments, sans oublier de penser à ce que sera la circulation sur ces deux axes et entre eux par répercussion.

Des mesures de la densité de circulation sont en cours de par et d’autres du boulevard de la Baule afin de connaître les flux et de suivre les reports transversaux qui ne vont pas manquer de se produire.

Les riverains des quartiers pavillonnaires, placés en zone UBb par le PLU (secteurs déjà existants d’habitat mixte : pavillonnaire et collectif), ne voient pas souvent d’un bon œil l’arrivée d’importantes constructions collectives.

Ce PLU doit être revu avec concertation dans chaque commune de l’agglo   de décembre 2014 à 2015, puis dans l’ensemble en 2016/2017 pour être voté en 2018 sous l’appellation PLUM (plan local d’urbanisme métropolitain).

La rue des Hauts Moulins a vu depuis 2012 deux implantations d’immeubles se réaliser, dont l’un a été retardé par des répercussions dues aux tirs de mines afin de creuser le granite du Sillon de Bretagne. Ce n’était que le début car deux autres immeubles suivent dans la même rue, sans oublier les immeubles réalisés rue des Bas Moulins dans cette rue si tranquille!

Du côté opposé c’est dans la rue des Gaudries qu’un autre projet immobilier se voit contester par les riverains pavillonnaires.

Plus tard, le cas de l’emprise des constructions prévues le long du boulevard, en lieu et place de la butte de Preux et de la zone verte tampon existantes, ne laissera pas les riverains indifférents.

 

Daniel Porcheret

Aller au contenu principal
Aller à la barre d’outils