Le PLUm : Plan Local d’Urbanisme métropolitain

LE PLUm

L’origine : 

Le Plan Local d’Urbanisme métropolitain de la communauté urbaine de Nantes est issu des plans précédents, lesquels étaient donc les plans municipaux des communes entourant la ville de Nantes.

Chaque commune était dotée depuis 1977 du Plan d’Occupation des Sols (POS) et des Plans d’Aménagement des Zones (PAZ).

A la suite de la Création de la Communauté Urbaine de Nantes le 31 décembre 2000 le conseil a prescrit la révision générale de ces plans en les remplaçant par des Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) communaux.

Le tout étant regroupé dans un élément central métropolitain : le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD).

Chaque PLU (dans le PADD) devant être compatible avec les documents élaborés à l’échelle estuaire, métropole, agglomération.

Le PADD a été construit à l’échelle de la métropole et de ses 24 communes.

C’est un socle commun entre le Programme local de l’habitat (PLH), le Plan de déplacements urbains (PDU) et le Plan climat air énergie territorial (PCAET).

Il est décliné en 6 territoires : les 5 pôles de proximité et la ville de Nantes.

L’élaboration du PLUm :

Après 4 ans et demi de construction d’un document commun avec les maires et de concertation avec la population et les acteurs du territoire, le Plan Local d’Urbanisme métropolitain a été approuvé par le Conseil métropolitain en date du 5 avril 2019.

Soit : 

  • projet arrêté le 13 avril 2018

  • enquête publique du 6 septembre au 19 octobre 2019

  • avis favorable le 13 février 2019

  • modifications puis approbation le 5 avril 2019

  • devenu exécutoire et consultable le 23 avril 2019

  • applicable aux nouvelles demandes à partir de cette date

Description : 

Voici les ambitions du plan  de la 6ème métropole nationale.

Dynamiser la métropole dans tous les domaines, pour favoriser la croissance et le développement de l’emploi, et améliorer sans cesse la qualité de vie de ses habitants par la mise en oeuvre d’un modèle de développement équilibré associant emploi et logement pour tous, cohésion sociale et performance environnementale.

Il est porteur de valeurs fortes.

Il a l’ambition à l’horizon 2030 de construire au moins 6 000 logements neufs par an, soit un apport de 75 000 habitants et 60 000 emplois pour arriver à un ensemble de 680 000 habitants.

Eléments issus de ‘’plum.nantesmetropole.fr

Et sur Saint-Herblain :

Le PLU de Saint-Herblain a été approuvé le 22 juin 2007. 

Curieusement la commune est classée dans les dernières en ce qui concerne la croissance de la population.

Voici quelques chiffres : 

  • 1982 –  41 950 hab.

  • 1990 –  42 774 hab.

  • 1999 –  43 786 hab.

  • 2007 –  43 516 hab.

  • 2012 –  43 287 hab.

  • 2020 –  53 148 hab. envisagés

Cette augmentation récente correspond aux nombreuses opérations de construction que l’on a pu voir ces dernières années sur la commune.

Une réaction des habitants et associations devant cet afflux brutal a amené les élus à mettre un frein aux appétits des promoteurs, mais cela peut-il tenir devant les objectifs communautaires et le moindre développement constaté sur la commune vis à vis de l’ensemble de l’agglo?

Que dit le cahier communal sur :

  • Le Boulevard Charles Gautier : 

Il formait une forte coupure entre le nord et le sud du territoire.

de part et d’autre de cet axe se situaient de grands espaces verts de séparation entre la voirie et les quartiers résidentiels qui représentaient de réelles opportunités foncières.

Un projet de développement urbain a dons été défini pour y développer un véritable quartier mixte comprenant l’extension de la polyclinique, l’accueil d’activités économiques et de nouveaux logements réaliser autour d’une voie autoroutière requalifiée en boulevard urbain.

A proximité de ce secteur, se situe la maison de retraite des Bigourettes, qui s’inscrit dans le pôle structurant des équipements formé autour de la polyclinique. En lisière du projet urbain du boulevard Charles Gauthier, des ensembles collectifs ont été réalisés au sud de la rue des Irlandais.

Ainsi, le projet vient structurer le boulevard avec de nouvelles implantations créant un front urbain constitué.

Aux abords de la porte du périphérique un pôle tertiaire sera développé dans la continuité des parcs d’activités du Moulin Neuf et de Preux.

La reconfiguration de cette entrée de ville en boulevard urbain permet d’améliorer les liaisons entre les quartiers. ce futur quartier est également desservi par une ligne de Chronobus.

Objectifs réglementaires : 

Parmi ceux-ci nous pouvons relever : 

  • Proposer une offre de commerces et de services à la personne, notamment  en créant des RDC actifs.

  • Conforter et requalifier le pôle commercial intermédiaire en favorisant une mixité fonctionnelle (services, habitat).

  • Organiser les liaisons nord-sud, notamment piétonnes et vélos, entre les quartiers de Preux-Crémetterie, du Tillay, Garotterie et du Moulin Neuf.

  • Zonage UM—secteur UMb

  • Sous secteur UMb 3b— Hauteur graphique maximale pour les constructions en bande de constructibilité principale est  : R+4=couronnement; pour les construction en bande de constructibilité secondaire, la hauteur graphique maximale est limitée à R+1+couronnement.

  • En limite du tissu résidentiel du lotissement des 4 Vents, la hauteur graphique maximale pour les construction en bande de constructibilité principale est : R+1+couronnement; pour les construction en bande de constructibilité secondaire, la hauteur graphique est : R+1+couronnement.

  •   Sous secteur UMb3ale long du boulevard Charles Gauthier, la     hauteur graphique maximale hors tout est de 25 mètres.

  • Zonage UM—secteur UMc

   La hauteur graphique maximale est à R+3+couronnement.

  • Zonage UE—secteur UMc

   La hauteur graphique maximale hors tout ———————-

  • Orientation d’Aménagement et de Programmation pour encadrer et définir le projet d’aménagement du boulevard Charles Gauthier.

  • Périmètre tertiaire : en entrée Ouest (porte d’Armor).

  • Périmètre du pôle communautaire de proximité.

  • Périmètre du pôle commercial intermédiaire-Les Chataigners.

  • Ligne d’implantation graphique obligatoire rive nord du boulevard Charles Gauthier.

  • Quartiers centre : 

Preux Crémetterie :

Situés à l’est du territoire communal, encadrés par le boulevard Charles Gauthier, le boulevard Allende et le périphérique, Preux et Crémetterie représentent un quartier de 75 hectares comptant 1 900 logements. Le seul quartier de Preux comporte 640 moments dont près de 50 % de logements sociaux individuels et collectifs.

Conçu de façon exemplaire et innovante, primé à sa livraison en 1984, le quartier de Preux offre des qualités intrinsèques inspirées  du Nouvel Urbanisme : identité architecturale, diversité et qualité des logements, place donnée aux piétons, attention portée aux espaces publics, présence forte de la nature et du paysage, mixité fonctionnelle.

Ce quartier connait cependant un processus de dégradation urbaine et sociale, cumulant obsolescence des espaces publics, dévitalisation du coeur de quartier, dégradation des conditions de logement dans un contexte de de densification de ses franges (Opérations Charles Gauthier et Allende).

Le projet de réhabilitation, engagé par la Ville et Nantes Métropole, a pour ambition de redonner vie à Preux, en s’appuyant sur son identité et ses qualités initiales : architecture atypique, logements diversifiés, nombreux espaces publics et réseaux de déplacement. Il s’agit également de replacer Preux dans un environnement élargi au quartier de la Crémetterie. Les opérations urbaines menées actuellement à proximité (Allende, boulevard Charles Gautier) constituent aussi des opportunités pour reconnecter Preux aux quartiers alentours.

Au cœur du quartier, se situe le petit bois de Preux, à proximité de la place Léo Lagrange, élément important de la trame paysagère est/ouest du quartier. À l’ouest, se situe une coulée verte, nord sud, permettant de faire le lien entre le boulevard S. Allende et le boulevard C. Gautier. C’est un élément structurant du projet de requalification du quartier de Preux.

La place de Preux qui accueille des locaux commerciaux et de services sous-exploités en rez-de-chaussée des bâtiments d’habitation est également réinterrogée dans ses fonctions dans le cadre du projet. L’avenir des « ateliers », bâtiments identitaires de la place Léo Lagrange qui nécessiteraient une réhabilitation lourde, est également interrogé dans le cadre du projet.

Le projet a pour ambition de requalifier l’entrée du quartier de Preux en travaillant sur la reconquête des rives de la rue P. Néruda et en créant une nouvelle centralité au carrefour du boulevard S. Allende, à l’articulation entre des quartiers de Preux et de la Crémetterie.

Le quartier de la Crémetterie est doté d’ensembles collectifs situés principalement le long du boulevard du Tertre et d’un tissu pavillonnaire. Le cœur du quartier accueille la place de la Crémetterie, un espace vert et boisé, quelques commerces et services de proximité, et des équipements publics qui participent à la cohésion sociale du quartier.

Ces quartiers d’habitat pavillonnaire sont dotés d’une organisation spécifique avec une desserte interne organisée en impasse. Les maisons sont, soit isolées sur les parcelles, soit construites en bandes à proximité de la place de la Crémetterie.

La ZAC des Tilleuls, située à l’est du quartier de la Crémetterie, le long de la ligne 1 du tramway, réalisée à la fin des années 2000, s’est inscrite dans un site de délaissés urbains. 350 logements collectifs ont été construits dans ce quartier.

Objectifs réglementaires :

■ Privilégier le renouvellement urbain pour limiter la consommation des espaces naturels

■ Favoriser la diversification de l’habitat dans le quartier de Preux fortement pourvus en logements sociaux en y apportant une plus grande mixité sociale

■ Favoriser les parcours résidentiels par une offre d’habitat diver- sifiée

■ Conserver la forme urbaine pavillonnaire en termes de formes bâ- ties, de gabarit et de hauteurs

■ Travailler sur les volumes, les hauteurs des constructions pour créer une transition avec le tissu urbain environnant

■ Renforcer les centralités de quartier autour des commerces de détail et les services de proximité pour participer à l’animation urbaine et au lien social

■ Créer une nouvelle centralité de quartier à Preux au carrefour des boulevards S. Allende et P. Neruda

■ Préserver les espaces naturels au sein du tissu urbain afin de conforter la nature en ville et y développer des usages permet- tant de renforcer la cohésion sociale

■ Préserver et mettre en valeur le patrimoine végétal et paysager selon ses caractéristiques

■ Favoriser et développer les liens entre quartiers

■ Protéger les ambiances végétales et les compositions urbaines

qui les structurent

Outils réglementaires :

Zonage UM – secteur UMc 

Hauteur graphique maximale à

• « R+3+couronnement » – à l’est du boulevard P. Neruda

• « R+2+couronnement » – à l’ouest du boulevard P. Neruda

• « R+4+couronnement » le long du boulevard du Tertre

• « R+5+couronnement » – opération Allende, au sud du boulevard S. Allende

■ Zonage UM – sous-secteur UMd1

■ Orientation d’Aménagement et de Programmation pour encadrer et définir le projet d’aménagement du secteur de Preux

■ Périmètre de polarité commerciale de proximité : Preux (rue Neruda), le long du boulevard S. Allende au niveau des Tilleuls et quartier Crémetterie.

■ Zonage N – secteur Nl – sur l’espace vert de la Crémetterie, le cœur vert de Preux et sur la pointe est de l’opération Allende

  • Espaces Boisés Classés et Espaces Paysager à Protéger sur les haies identifiées dans le secteur en raison de leur valeur patrimoniale et/ou paysagère

■ Espaces Paysagers à Protéger sur le bois de Preux

■ Emplacement réservé n°1-59, pour une liaison piétonne, entre Preux / Crémetterie

■ Marge de recul minimal graphique de 10 mètres le long du boulevard S. Allende, entre la ZAC des Tilleuls et la polarité commerciale de Preux

Aller au contenu principal
Aller à la barre d’outils